GUNUNG BROMO, JAVA, INDONESIE

11/03/2010 - Pays : Indonésie - Imprimer ce message

Un véritable périple…

 


Nous avons donc repris un bus direction Sabaya, puis un autre gros bus local de dix heures direction le volcan de Bromo. Le trajet avec les locaux est toujours extrêmement riches, les marchands ambulants défilent et sautent de bus en bus en vendant leurs produits ou en jouant de la guitare, ce qui anime joyeusement  le trajet.

 

Vers une heure du matin, nous sommes arrivés dans une bus station où nous devions attendre sept heures du matin pour prendre une dernière navette direction le mont Bromo. Nous avons donc attendu dans la gare en compagnie de guitaristes ambulants où Aurel à joué quelques morceaux de guitare avec eux puis le chauffeur du mini bus, nous a proposé de nous emmené plutôt vers quatre heures du matin.

 

Après quelques cafés, nous avons attendu avec un indonésien d'une quarantaine d'années qui parlait un anglais parfait et passé le week end avec ses amis au sommet. Il nous a proposé de nous loger dans la guesthouse de son ami à petit prix. Après deux heures d'ascension en mini bus, nous sommes arrivés au top de la montagne. Le trajet, même si je m’assoupissais régulièrement à travers les chemins de montagne était magnifique. Puis, nous avons perçu une vue extraordinaire en arrivant à notre guesthouse qui se trouvait au sommet de la montagne face au volcan. Des nuages de souffre s'en dégagé sous un ciel bleu.

 

Une soirée surprenante…

 


Nous avons dormi quelques heures dans la journée et le soir, l'indonésien nous invitait à manger avec lui et ses amis. Ils sont venus nous chercher à la chambre et il s'est avéré que nous nous sommes installés chacun à une table entouré de cinq indonésiens de son école d'infirmières qui exerçaient leur anglais en échangeant avec nous sur la culture française et Indonésienne. Les familles indonésiennes sont d'ailleurs limitées de manière gouvernementale à deux enfants maximums. J'étais filmée et mitraillée de photos.

L'échange s'est avéré très riche : religion, politique, manière de vivre... La soirée s'est finie en chants indonésiens autour de la guitare puis une dernière séance photos. Régulièrement dans les lieux touristiques, les chinois, japonais, indonésiens veulent prendre des photos de famille à mes côtés en tant qu'européenne. Cela me fait doucement rire car je vais finir sur les buffets en Chine ou au Japon.

 

Ascension du volcan…

 


Le lendemain, vers sept heures, nous sommes montés jusqu'au sommet du volcan. En une heure. Le chemin est extrêmement touristique et parsemé d'escaliers avec de nombreux chevaux et marchands le long du chemin qui proposent leurs services. Arrivés au sommet, la vue des alentours est magnifique et nous avions une vue sur le cratère qui dégage une énorme fumée de souffre. C'était splendide et valait le détour. De là, nous avons recroisé le couple de français rencontrés auparavant qui avait campé au sommé car ils étaient équipés pour cela.

 

Puis, nous sommes retournés sur notre montagne et sommes partis direction le nord de Bali. Ah, Bali... De là, nous avons repris un bus pour descendre la montagne, un autre bus direction le ferry à l'est de Java, puis le ferry d'une heure, nous nous sommes arrêtés dans une guesthouse pour finir la nuit  près du port. Et le lendemain, nous avons repris un bus de quelques heures direction Lovina au nord de Bali.

 

           Nous avons opté pour le nord afin d'éviter les flux touristiques du sud et surtout pouvoir observer les plages de sable gris. Chaque trajet en bus est une dure négociation car les européens sont pour eux signe de richesse. Régulièrement, nous devons laisser passer plusieurs bus afin d'obtenir le prix local correct.

 

 

 









Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :