PUERTO ORDAZ, EQUATEUR

26/07/2011 - Pays : Equateur - Imprimer ce message

Nous avons quitte nos montagnes andines direction la cote ouest équatorienne bordee par le pacifique dans le petit villaje de pêcheurs quelques peu touristique en raison de sa proximité du national Park de Machalilla et de sa situation par rapport a la migration des baleines.

A la suite de 10 heures de transport de Riobamba située sur les pentes du volcán Chimborazo a 2754 metres dans les andes. Nous quittons donc la fraicheur de ce magnifique écrin de montagne direction la magnifique baie. A la suite d un changement de bus a Guayaquil dans un terminal de bus  digne d’un aéroport, nous posons notre sac vers 20 heures dans ce petit villaje de pécheurs poussiéreux. Les rues sont bondées de voitures, camionnettes, camions clamant leur joie a travers de bruyants klaxons et des exclamations heureuses. Le maire est reelu.

Nous trouvons donc notre Bonheur pour la premiere nuit dans une sorte de grande maison dont des chambrettes se succèdent autour de la cour supervisees par un chien au poil blanc et yeux bleus légèrement craintif de par les coups qu’ il doit régulièrement recevoir. Nous nous installons donc dans notre petite chambre bétonnée entre deux petites familles et don’t l aeration des murs nous laisse participer a chacun des bruits de la vie collective. D ailleurs je leur ferais généreusement part involontairement de mon intoxication alimentaire toute la nuit Durant.

Exploration du village de Puerto Lopez

Le lendemain, exploration de ce petit village doucement berce par le bruit des vagues arrivant pleine d énergie et se retirant délicatement. Se succèdent donc les rues composées de maisons de bois, de bâtisses vulgairement bétonnées en travaux qui ne seront probablement jamais finalisées, église, le traditionnel marche alimentaire ou nous dégustons comme a l habitude le populaire almuerzo compose de soupe a la pomme de terre agrémenté selon les jours de pescada, de carne, de pollo de même que le plat principal accompagne de riz et de quelques légumes.

Puis nous nous approchons du bord de plage et apparaissent de plus en plus d agences diverses, des stands de petits bracelets, robes et restaurants plus touristiques de bord de mer. Le ciel est grisailleux, la couleur de la mer s en ressent. Nous longerons donc quelques kilomètres le bord de mer qui m évoque les majestueuses cotes du nord sous les cris des oiseaux, pélicans, et frégates survolant les eaux a la recherche d un met copieux.

Le village de pécheurs de Puerto Lopez dont les matinées sont rythmées au retour des pécheurs dans leurs centaines de petites barques colorées dont la majeure est bleue est aussi a proximité du parc national de Machalilla.

Ce parc national comprend les zones protégées de l Isla de la Plata, la communauté d Agua Blanca et la playa de Los Frailes. Compose de zones marines, continentales et insulaires abritant la foret tropical sèche et humide.

Agua Blanca

Dans un premier temps, de bon matin, nous attraperons un bus pres de la place du marche (0,5$), direction 5 kilomètres plus loin, l entrée du site archéologique qui revêt une importance capitale dans l histoire de l équateur. (Entrée : 5$).

Nous parcourons donc les autres cinq kilomètres de piste au sein d une foret asséchée le long d un rio lui-même sec ou rencontrons cochons sauvages, chèvres, écureuils, chevaux… Une petite visite furtive du modeste musée archéologique (urnes…). Puis a la suite d un petit encas, nous rejoignons la lagune sulfureuse pour une petite baignade fraiche recouverts au préalable de boue. Nous effectuerons le retour au bord d un 4*4 transportant du crottin de chèvre, précieux engrais selon le conducteur.

La plage de Los Frailes

Baie abritée sous de hautes falaises, eau claire, sable blanc, d énormes vagues qui nous ont recouvertes lorsque nous nous sommes baignes. Nous avons rejoint la plage par un chemin poussiéreux qui serpente durant trois kilomètres borde de bois épineux.

Allongés sur la plage durant quelques heures berces par les grosses vagues qui essaient qui essayent de nous rejoindre. Et la, tellement assoiffés de soleil, nous avons tout simplement brule.

Isla de la Plata

Le jour suivant, encore brules de la veille malgré les couches d Aloès Vera, nous nous rendons au point de rendez vous de notre bateau qui nous emmène pour la journée explorer la migration des baleines ainsi que l Isla de la Plata encore appelé le « Galapagos des pauvres ou dirons nous des futés ».

Nous nous rendons donc en bord de mer ou nous observons le retour des pécheurs sur leurs barques bleues ou ils déchargent leurs caisses de poissons en compagnie des oiseaux, pélicans, frégates volant une part du butin des que possible.

Puis nous embarquons sur le bateau pour 1h30 de trajet ou a ma grande surprise une baleine surgit au bord du bateau tandis que je scrutais l horizon. Puis ce fut une multitude d apparition furtive au large. Les baleines a bosse quittent donc les eaux glaciales de l Arctiques pour donner naissance a leur progéniture dans des eaux plus chaudes et nous offrent ainsi le spectacle de leur présence.

Nous arrivons donc sur l Isla de la Plata dont la baie resplendie de son bleu pour une traversée de deux heures sur un chemin caillouteux de terre ou nous croiserons des centaines de couples de patas azules aux magnifiques pattes bleues dont certains couvent ou encore avaient donne naissance a leurs petits. C est leur période de reproduction. De même que nous croiserons un goéland, espèce la plus fidele au monde étant donne qu’ il n a qu’ une compagne tout au long de sa vie, gardant son nid alors que son compagnon cherche de la nourriture. Cette expérience sera enrichie par la présence d un guide naturaliste nous éclairant sur le fonctionnement de la faune.

Lors de la contemplation de la vue magnifique sur l océan claquant sur les roches, nous observons avec surprise deux lions de mer se prélassant sur les roches.

A notre retour, nous effectuerons un peu de snorkeling  ou les poissons m entouraient puis des énormes tortues  viendrons nous saluer. Exploration extraordinaire.

Une semaine s est écoulée dans le village poussiéreux de Puerto Lopez ou nous avons été chaleureusement accueillis par le couple de l hôtel « Danita » ou nous avons passe quelques soirées à discuter avec Jean Pierre Guyot, rencontre, journaliste écrivain, a discuter. A présent, nous retournons dans les Andes et quittons le Pacifique en direction du Pérou.

PUERTO ORDAZ (13).JPG PUERTO ORDAZ (15).JPG PUERTO ORDAZ (16).JPG PUERTO ORDAZ (100).JPG PUERTO ORDAZ (103).JPG PUERTO ORDAZ (107).JPG PUERTO ORDAZ (110).JPG PUERTO ORDAZ (111).JPG PUERTO ORDAZ (112).JPG PUERTO ORDAZ (114).JPG PUERTO ORDAZ (117).JPG PUERTO ORDAZ (120).JPG PUERTO ORDAZ (122).JPG PUERTO ORDAZ (125).JPG PUERTO ORDAZ (127).JPG PUERTO ORDAZ (128).JPG PUERTO ORDAZ (132).JPG PUERTO ORDAZ (133).JPG PUERTO ORDAZ (135).JPG PUERTO ORDAZ (137).JPG PUERTO ORDAZ (140).JPG PUERTO ORDAZ (142).JPG PUERTO ORDAZ (143).JPG PUERTO ORDAZ (145).JPG PUERTO ORDAZ (148).JPG PUERTO ORDAZ (150).JPG PUERTO ORDAZ (151).JPG PUERTO ORDAZ (153).JPG PUERTO ORDAZ (155).JPG PUERTO ORDAZ (156).JPG PUERTO ORDAZ (161).JPG PUERTO ORDAZ (164).JPG PUERTO ORDAZ (170).JPG PUERTO ORDAZ (172).JPG PUERTO ORDAZ (174).JPG PUERTO ORDAZ (181).JPG PUERTO ORDAZ (186).JPG PUERTO ORDAZ (187).JPG PUERTO ORDAZ (189).JPG PUERTO ORDAZ (198).JPG PUERTO ORDAZ (199).JPG PUERTO ORDAZ (204).JPG PUERTO ORDAZ (208).JPG PUERTO ORDAZ (210).JPG PUERTO ORDAZ (211).JPG PUERTO ORDAZ (214).JPG PUERTO ORDAZ (216).JPG PUERTO ORDAZ (217).JPG [49]

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :